L’accro du shopping fête Noël, de Sophie Kinsella

Ah, l’accro du shopping… Ce qui est bien certain, c’est que les aventures de Rebecca Brandon (née Bloomwood) ne font pas partie des livres qui vous plongeront dans une longue réflexion philosophique et vous apporteront un nouvel éclairage sur le sens profond de l’existence.

Il s’agit là d’une longue série de romans feel-good, dont le premier tome « Confessions d’une accro du shopping » est paru il y a bientôt vingt ans (2002) !

La pétillante Becky n’a pourtant, depuis, pas pris une ride.

Elle est toujours mariée à son cher Luke, au self-control tout britannique face aux excentricités et aux bourdes de sa femme ; elle est toujours entourée de sa famille et de ses amis fidèles, Suze, sa complice de toujours, Jane et Graham ses parents, son adorable petite fille Minnie, Janice, sa voisine et bien sûr, Jess, sa demi-sœur végan et psychorigide.

Dans ce nouveau volet de la saga, ses parents ayant sur un coup de tête déménagé dans un quartier à la mode de Londres (ce qui cause quelques incompréhensions intergénérationnelles très réussies), Becky se retrouve contrainte de préparer la fête de Noël pour tout ce petit monde. Elle tient à ce que tout soit parfait et se fixe des objectifs impensables : dénicher une boule de Noël lama en rupture de stock dans toute l’Angleterre, confectionner une dinde végan pour sa sœur ou intégrer un club de billard londonien, exclusivement réservé aux hommes, pour obtenir le cadeau qu’elle convoite pour Luke (sans avoir jamais joué au billard de sa vie, cela va sans dire).

Ajoutez à cela une rock star vieillissante et adepte des parties fines, une arriviste hystérique, une mère de famille au bord de la crise de nerfs et un stock de quinze kilos de saumon congelé sur la pelouse du jardin, et vous aurez une idée assez précise de ce qui vous attend à la lecture de ce livre.

Becky est incroyablement attachante, et beaucoup moins superficielle que sa tendance aux achats compulsifs pourrait le laisser supposer. Au contraire, c’est une femme généreuse, toujours soucieuse du bien-être de ses proches et qu’on ne peut qu’aimer ! Son côté « Miss Catastrophe » la place dans des situations totalement loufoques (il n’y a qu’elle, franchement, pour se retrouver coincée dans une lucarne de toit, sous la neige, un soir de réveillon !) mais réellement hilarantes.

L’auteure, en effet, sait « écrire drôle », un des exercices littéraires les plus délicats qui soit. On rit beaucoup, on se passionne pour la quête du cadeau idéal que Becky mène avec ténacité malgré les obstacles – nombreux et inattendus – qui jalonnent sa route. On se surprend même, par moment, à verser une petite larme d’émotion.

Bien sûr, tous les problèmes se résoudront de façon plus ou moins réaliste et tout finira bien, ça fait partie du contrat dans ce type de lecture. J’ajoute qu’il est tout à fait possible de le lire sans connaître les précédents, l’intrigue est indépendante et se comprend très bien.

Un roman plein de peps et d’optimisme, à lire avant les fêtes comme on regarderait un film de Noël à la télévision, pour faire le plein de bonne humeur et de jolis sentiments.

Chronique parue initialement sur le blog littéraire « Au plaisir de lire », à retrouver ICI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.