Jamaiplu, de Josiane Balasko

Qui ne connaît pas Josiane Balasko ? Membre de la troupe du Splendid avec Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot ou Michel Blanc, actrice aussi douée dans le registre comique (« Le Père Noël est une ordure » ou la série des « Bronzés ») que dramatique (« Trop belle pour toi »), elle est également réalisatrice et scénariste. Auteure des nombreux scénarii de films devenus cultes, on ne s’étonnera pas de son talent d’écrivaine, qui m’avait déjà frappée dans le premier roman que j’ai lu d’elle : « Cliente ».

« Jamaiplu », paru en 2019 chez Pygmalion, est un recueil de nouvelles dont le registre, connaissant l’univers habituel de Balasko, peut surprendre :

De façon plus ou moins appuyée, il s’agit bel et bien de littérature fantastique.

Bien sûr, on est loin du « Seigneur des anneaux » ou de « Harry Potter ». Ni sabre laser ni fantasy épique n’attendent le lecteur dans ces huit histoires. Mais toutes sont liées par une touche de surnaturel, de réalisme magique.

  • « Jamaiplu », la première et la plus longue nouvelle du recueil éponyme, est certainement celle qui m’a le plus enthousiasmée. On y suit les pérégrinations d’une kiné libérale, phobique de la voiture, qui sillonne la campagne à vélo et possède l’étrange faculté de communiquer avec les animaux ; un don qui, contrairement à ce qu’on pourrait croire, lui apportera plus de désagréments que d’avantages.
  • « Le Boss » nous place dans la peau d’un chien, ou plutôt d’un « Truffard », très attaché à son maître, le meilleur des « Debout », pour une histoire pleine d’émotions douces-amères.
  • Dans « Un scénario d’enfer », on navigue dans le milieu du cinéma et on y croise quelques excentriques dont le comportement pourrait prêter à sourire… à moins qu’il ne faille au contraire s’en méfier, et fuir tant qu’il est temps.
  • « Histoire sainte » nous entraîne, sous la forme d’un dialogue jubilatoire, dans l’intimité d’une famille et d’un jeune enfant à l’âge horripilant des questions incessantes.
  • Dans « Les explorateurs », quatre fantômes au caractère bien trempé tentent de s’extirper de la mine où ils ont trépassé, alors qu’« Adopteunzombie.com » nous immerge dans un monde peuplé de morts-vivants un peu trop affectueux.
  • « Faites pousser un extraterrestre » rappellera de lointains souvenirs à celles et ceux qui ont l’âge d’avoir connu le fameux magazine « Pif gadget », dont Balasko nous propose un numéro inédit et un gadget… un brin encombrant.
  • Quant au « Musée de l’Homme », il clôt l’ouvrage sur une société futuriste où seules les femmes ont survécu, le mâle réduit au rang de souvenir plus ou moins fantasmé.

Autant d’intrigues farfelues ou troublantes, autant de personnages tendres ou détestables et un point commun : la brillante plume de Balasko, fluide, incisive, drôle, réaliste, immersive.

En un mot : on en redemande !

Coup de cœur.

Cette chronique est parue initialement sur le blog littéraire « Au plaisir de lire » et est à retrouver ICI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *